« Mieux connaître son exposition à la pollution de l'air pour mieux se protéger au quotidien »

Le site internet « l'air c'est mon affaire » a été réalisé par l'ASPA (Association de Surveillance et d'Etude de la qualité de l'air en Alsace) en partenariat avec l'ORSAL (Observatoire Régional de la Santé en Alsace). Il s'inscrit dans le cadre d'une action soutenue financièrement par le GRSP d'Alsace (Groupe Régional de Santé Publique en Alsace) et intitulée « sensibilisation aux risques liés à l'exposition des individus à la pollution atmosphérique ».


Objectif du site

L'objectif visé était ainsi la mise en place d'un outil accessible à chacun permettant de classifier son exposition individuelle à la pollution atmosphérique au quotidien à partir de ses habitudes de vie (emploi, moyens de transports, temps passé dans des milieux clos...). Cet outil poursuit un double objectif :

  • Améliorer ses connaissances en matière de sources de pollution (extérieur, habitats, transports...), de risques sanitaires associés et de comportements défavorables
  • Donner des pistes de recommandations comportementales pour réduire ces risques en agissant sur les sources et ses modes de vie, afin de promouvoir les environnements et les comportements favorables à la santé.

Ce projet constitue ainsi un outil pédagogique dans une optique à la fois d'éducation à la santé et à l'environnement. Il s'inscrit dans une démarche plus large de sensibilisation au développement durable intégrant la maîtrise du changement climatique et de l'énergie pour lesquels les comportements des particuliers jouent un rôle primordial.

ASPAORSALGRSP


Un exercice complexe

L'évaluation de l'exposition individuelle suppose l'intégration des différents niveaux de pollution rencontrés dans chaque ambiance traversée. Il s'agit pour cela de pouvoir « chiffrer » les niveaux de pollution induits par les différentes sources d'émissions dans chaque type d'environnement fréquenté (domicile, transports, activités diverses...) et de les pondérer par le temps passé dans ces environnements.

Une étude bibliographique s'est attachée à rassembler les différentes données disponibles permettant d'appréhender l'exposition à la pollution atmosphérique.

Cependant les incertitudes scientifiques restent encore nombreuses malgré le renforcement des études visant à suivre les différents environnements,

notamment en air intérieur via des projets tels ceux mis en œuvre par l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur depuis 2001. Il a alors semblé prématuré de quantifier précisément l'exposition individuelle à partir du nombre trop restreint de déterminants connus.

Au final, il a été décidé d'utiliser les informations acquises pour identifier un certain nombre de facteurs responsables de l'élévation des niveaux de l'exposition, conduisant à une catégorisation en classes qualitatives d'exposition et à la déclinaison de pistes de recommandations visant à inciter à une modification comportementale.



Naissance du site « L'air c'est mon affaire »

Un questionnaire, balayant une journée « type » sous forme de situations précises de la vie quotidienne, a été construit. Les principales sources de pollution sont décrites (essentiellement chimiques) tout en indiquant les conduites à privilégier pour limiter l'exposition à la pollution. L'exposition professionnelle est volontairement exclue car elle peut être liée à des polluants très spécifiques.

Cet outil ambitionne de mener vers une prise de conscience de la présence de pollutions même les plus insidieuses, que sont les expositions à de faibles doses, sur une longue période ou de manière répétée. Il vise à sensibiliser l'individu de l'impact de ses activités et des produits utilisés tout en lui démontrant que des possibilités sont à sa portée pour améliorer la qualité de l'air notamment dans les milieux clos.